Les services de l’ARS et des brigades sanitaires nous informent que le virus circule activement sur notre territoire et particulièrement dans les Hauts-de-France.

Il faut donc rester vigilant et respecter les mesures de prévention.

 

Ce qu'il faut retenir

  • La prévention primaire reste primordiale : les gestes barrière doivent être appliqués sur le lieu de travail. Le port du masque n’est plus une option au libre choix de l’agent mais une obligation. Nous insistons également sur les règles de distanciation physique et hygiène des mains.
  • Le plexiglass ou la visière ne remplace pas le port du masque. Il est donc indispensable de porter un masque dans une pièce fermée en présence d’autres personnes, que les fenêtres soient ouvertes ou fermées.
  • Les masques en tissu doivent répondre impérativement aux normes AFNOR.
  • Un confinement prochain ou renforcement des mesures de protection reste à prévoir en cas d’absence d’amélioration de la situation sanitaire locale.

 

Que faut-il faire si un de vos agents a été en contact avec une personne positive au COVID-19 en PCR ?

  • Lorsqu’un agent est en contact sur le milieu professionnel avec une personne testée PCR Covid-19 positive, ce dernier doit réaliser un test 7 jours après son dernier contact avec la personne testée positive.
  • Il doit être mis en isolement jusqu’à ce test : télétravail si possible ou arrêt maladie.
  • En cas d’arrêt maladie, ce dernier peut être établi soit par le médecin travaillant dans les brigades sanitaires, soit par le médecin traitant.
  • On notera que l’arrêt de travail établi par le médecin des brigades n’entraîne pas de jours de carence.
  • Concernant le test réalisé 7 jours après le dernier contact :
    • Soit il est positif, l’agent va alors voir son médecin pour prolonger l’arrêt de travail.
    • Soit il est négatif, l’agent doit poursuivre son isolement 7 jours de plus (soit 14 jours au total) et surveiller l’apparition des symptômes. En cas d’absence de symptôme, l’agent pourra revenir sur son lieu de travail, sans nécessité de réalisation d’ un nouveau test.
  • Lorsqu’un agent est en contact au sein de son foyer avec des cas positifs en PCR, il est alors mis en arrêt maladie pour une période bien plus longue : un mois environ. En effet, il doit être testé 7 jours après que le dernier membre de la famille positif soit guéri. Si le test est négatif, il restera 7 jours de plus en arrêt après réalisation du test. Ce qui explique la durée prolongée des arrêts.
  • Ces cas sont traités par l’ARS et brigades sanitaires à partir de la déclaration nominative des contacts, par personnes testées positives. Malheureusement ces médecins de brigades sont débordés et le délai de prise en charge peut aller jusqu’à 48 heures. Il est donc indispensable pour vous d’anticiper les mesures d’isolement adéquats.

 

Concernant la définition d’exposition à risque, il s’agit :

  • D’exposition dans une même pièce, fenêtres ouvertes ou fermées, durant 15 minutes au minimum, de deux personnes sans moyen protection efficace.
  • D’une exposition même courte, de deux personnes à moins de un mètre de distance et sans protection.

 

Qu’entendons-nous par protection efficace ?

  • Soit les deux personnes en question portent un masque tissu grand public répondant impérativement aux normes AFNOR.
  • Soit une des deux personnes porte un masque chirurgical (FFP1 ou catégorie supérieure).
  • Les masques ne répondant pas aux normes AFNOR ne sont pas considérés comme un moyen de protection efficace.
  • Bien entendu, le masque doit être porté sur le nez et descendre sous le menton, jeté au bout de 3 heures au maximum pour les masques chirurgicaux, et changé à 4 heures maximum pour les masques tissus. (cf. Toute l’actualité du CdG62 liée au Coronavirus - COVID-19 et Boîte à outils du déconfinement (Mise à jour : 18-05-2020) )

Concernant les agents « contacts d’un agent contact », le test n’est pas systématiquement recommandé d’emblée. Il ne sera recommandé uniquement si la personne contact « zéro » est testé positive. Il n’y a pas d’isolement d’emblée pour les « contacts de contact ».